jeudi 30 avril 2009

Zut!

Zut, j'oubliais.
 ICI  n'est plus. La crise a le dos large. Est-ce dire que ICI n'étant plus, il faut regarder maintenant ailleurs?
Si vous saviez comme je me mords les doigts pour ne pas dire tout ce que j'ai envie de vous dire.

 Or, un jour la liberté, comme l'a si bien écrit Falardeau, ne sera plus seulement une marque de Yogourt.

6 commentaires:

ltremblay68 a dit…

Les crises ont toujours le dos large, bien large.

Cecile Gladel a dit…

J'aimerais bien lire tout ce que vous avez envie d'écrire...Que les doigts s'expriment!

Jean-Pierre a dit…

"les idées exprimées sur ce site sont des opinions personnelles..."

Beau pléonasme :-)

Carl a dit…

Je peux comprendre pourquoi un pigiste de votre trempe se retient de passer son message.

Mais parfois il est bon de parler subtilement mais de faire connaître son point de vue non?

Stephane.G a dit…

Franco un moment donne tu vas etre vieux et tu sera financièrement correct alors a ce moment tu pourras tout dire. Mais je crois que tes lecteurs sont pas cons et ils ont une bonne idée de ce que tu raconterais sauf qu'on a pas les détails juteux

Albert André a dit…

Quelle tristesse tout de même !
Au commencement, cet hebdo gratuit ne
ressemblait à rien, ou plutôt à un simulacre
de n’importe quoi. Et de mots en lignes,
il est devenu le meilleur des canards du genre
à Montréal et probablement ailleurs en
province.

Amitiés aux artisans du "Ici" en ce jour sombre. Peut-être ce journal était-il né
pour de mauvaises raisons -- se poser en
compétiteur nécessaire --, n’empêche qu’il
meurt dans la force de l'âge, en pleine
vitesse, et en vainqueur.