jeudi 23 avril 2009

Devine qui vient dîner?

Version revue et corrigée.... Un député adéquiste est invité à dîner dans la famille très libérale de la vice-première ministre très libérale elle-aussi.
 
Ô stupéfaction !

Cette fois ça fait la Une des journaux. On en parle sur les blogues. Les éditorialistes commentent. Les courriéristes du coeur trépignent. 
Comment? Un noire avec ma fille blanche? 

Non, non, non. Merde je me suis trompé de film.

Non c'est pas ça.  Ici pas de Spencer Tracy, ni de Katharine Hepburn ni de Sydney Poitier.

Non, ici une vice-première ministre rouge présente son chum bleu et rouge à la grande famille Québécoise.  

 Contre l'amour, on ne peut rien faire.

C'est-y pas beau ça?

7 commentaires:

Paul a dit…

Sortez les violons...snif
Pourtant, dans les hautes sphères du secteur privé, ça ne passerait pas !

Michel Vallée a dit…

Je n’ai absolument rien contre l’idylle de la vice-première ministre du Québec avec un député adéquiste. Cependant, bien que les relations entre deux personnes soient du domaine privé, il n’en est pas ainsi quand il s’agit de personnes en politique. En effet, je ne peux imaginer une telle relation sans que l’un des deux partenaires pile sur ses convictions. En tout cas, moi qui suis un souverainiste, je ne pourrais pas imaginer un seul instant d’avoir une idylle avec une fédéraliste. Une amitié, oui, mais pas une relation amoureuse.

Je pense qu’un des deux partenaires devrait avoir le courage de changer de carrière. Dans le cas du partenaire de la vice-première ministre, avouez que ce ne serait pas bien difficile. Son avenir politique n’est pas des plus brillants, à moins qu’il ne change de parti.

Albert André a dit…

<< On ne veut pas savoir ce qui se passe
dans la chambre à coucher >> est en substance
ce qu'avait dit Pierre Trudeau à l'époque
et qui est à mon sens le seul héritage qu'il
nous ait laissé et qui a encore aujourd'hui
un quelconque mérite.

Michel Vallée a dit…

Albert André, vous avez bien raison. Ce n'est pas ce qui se passe dans la chambre à coucher qui choque, c'est la compromission des idées. Le choc des idées, oui, mais la compromission, non.

ltremblay68 a dit…

Je ne vois pas de problème à être occupée à convaincre un fédéraliste. Je pense à Jean-Paul Riopelle et j'imagine les belles heures et les magnifiques échanges que cela aurait pu générer..

Michel Vallée a dit…

Je pense que Riopelle vous aurait envoyer paître bien rapidement. Ceci dit sans douter de vos charmes.

ltremblay68 a dit…

J’aime bien les discussions intenses …cela peut avoir beaucoup de charme.